100.000€ de rénovation pour les écoles du Kosovo !

100.000€ de rénovation pour les écoles du Kosovo !
Mardi 14/05/2019 :: Communiqué
L’état était sans appel pour les écoles chrétiennes de Binač, Budriga et Zupče en matière de salubrité, sécurité et commodité. Mais c’était sans compter sur l’aide de Solidarité Kosovo. Avec plus d’un tour dans son cartable, l’ONG française a dédié une enveloppe de 100.000€ pour la rénovation complète de ces trois établissements scolaires qui accueillent désormais en toute sécurité 200 écoliers.
 
Patrimoine scolaire : une priorité renouvelée
 
Initié en 2012, le chantier de réfection scolaire est renouvelé fidèlement pour la 8e année consécutive. Cette année, la tranche de rénovation concerne les écoles primaires de de Binač, Budriga et Zupče sélectionnés à partir de critère de vétusté, d’hygiène et de conditions de travail. Une attention particulière a été portée à l’isolation et à l’hygiène.
 
 
Si l’instruction est un puissant moteur de développement, le lieu où elle s’exerce n’en est pas moins prépondérant.  Alors que l’école joue un rôle crucial dans le retour à la normalité et dans la transmission de la mémoire collective, elle continue d’être sacrifiée au Kosovo-Métochie au détriment des élèves serbes. Pourtant, le retour à une vie normale est essentiel pour que ces enfants chrétiens puissent se reconstruire et construire leur avenir. Dans ce sens, Solidarité Kosovo insiste sur la nécessité d’un environnement scolaire sûre et sain, bien souvent le seul espace de quiétude pour ces enfants qui subissent une exclusion sociale de fait.
 
 
Le délabrement des écoles chrétiennes
 
En berne depuis la guerre et les bombardements de 1999, fortement endommagé au cours des pogroms antichrétiens de 2004, l’état du système éducatif serbe est l’expression d’une triste réalité.
Il faut comprendre que se rendre à l’école représente un parcours du combattant pour des milliers d’enfants chrétiens du Kosovo-Métochie. Les obstacles sont nombreux et persistent encore : manque d’enseignants, éloignement des établissements scolaires, absence de transports scolaires, dangers des lieux traversés, manque de ressources des familles…
 
 
 
Plus dramatique encore, quand les enfants surmontent toutes ces épreuves et accèdent à l’école, les conditions de scolarité y sont souvent déplorables. Dans certaines écoles primaires, les carreaux des vitres sont cassés, la toiture fuit, l’humidité s’infiltre. Dans d’autres écoles secondaires, le chauffage est inexistant, les toilettes sont insalubres et le mobilier scolaire vétuste. Partout, le constat est sans appel : le système éducatif chrétien est à bout de souffle, détérioré par deux décennies de déficits d’entretien et d’investissement.
 
 
L’école de Binač accède à l’eau
 
Grâce aux trois mois de travaux intensifs supervisés par Solidarité Kosovo, les travaux de réhabilitation dans les trois écoles ont été menées à bien. Les travaux ont notamment concerné l’étanchéité, la plomberie, la boiserie, la peinture et la vitrerie. Sur les trois chantiers, l’objectif était commun : rétablir la sécurité des lieux et améliorer les conditions scolaires des enfants chrétiens malmenés par un destin peu clément.
L’école de Binač en est le parfait exemple puisque les écoliers étaient jusqu’à lors privés d’eau potable. Depuis que Solidarité Kosovo a forgé un puits aux abords de leur établissement, les petits résidents ont enfin accès à de l’eau potable via un bloc sanitaire construit au cours de la même tranche. Une ressource qui nous paraît évidente alors qu’elle a été vécue comme un véritable cadeau de Pâques à l’école de Binač!
 
 
Apprendre et s’épanouir dans un espace adapté
 
C’est un chantier qui lui tient particulièrement à cœur de renouveler tant son rayonnement sur les plus jeunes âmes du Kosovo est bénéfique. Solidarité Kosovo vous remercie pour votre aide qui lui a permis d’intervenir auprès des populations les plus isolées dans les zones serbes du Kosovo-Métochie en renouvelant son programme de réhabilitation du bâti scolaire. Les écoliers de ces trois établissements, tous traumatisés par les épisodes de violence récurrents qu’ils vivent depuis leur naissance, disposent désormais de conditions scolaires dignes et décentes. Pour beaucoup de familles chrétiennes, l’école n’est pas seulement un vecteur de savoirs, c’est un également un lieu «refuge » où les enfants peuvent se reconstruire, espérer et imaginer.