Classe de mer 2019 : un démarrage agité

Classe de mer 2019 : un démarrage agité
Lundi 05/08/2019 :: Communiqué

On se serait cru sur la grille de départ d'une course de Formule 1, samedi 3 août, sur une des plages bordant la baie de Tivat : quarante-trois enfants frissonnaient d'impatience en attendant un "top départ" qui ne venait pas.

Cette impatience grandissait déjà depuis plus de 16 heures. À minuit dans la nuit du vendredi au samedi, ils étaient montés dans un bus pour dix heures de voyage sur des routes sinueuses dans les montagnes séparant le Kosovo du Monténégro. Dix heures de route pendant lesquels ils avaient somnolé, secoués par les virages incessants, avant que le soleil se lève enfin et leur laisse le loisir d'observer le paysage, le nez collé à la vitre, pour être le premier à apercevoir, au loin, cette mer tant attendue.

Les enfants, trois par trois, prennent possession de leurs chambres.

Arrivés à Tivat, les yeux gonflés de fatigue, il a d'abord fallu se répartir les chambres, puis aller déjeuner. Toujours sans avoir pu voir vraiment la mer, encore moins y glisser le pied. Après le déjeuner, le soleil au zénith les avait poussés dans leurs chambres pour deux heures de repos. Mais comment se reposer quand on sent l'air marin par la fenêtre entrouverte ?

Un événement rare : des vagues dans la baie de Tivat !

 

Enfin, à 16 heures, a retenti le signal tant attendu. Enfiler les maillots de bain, se regrouper, se recouvrir mutuellement de crème solaire, écouter les consignes... et enfin, faire le premier pas vers la mer. Enfin !

Première visite à la mer.

Hélas, l'attente n'allait pas pouvoir être satisfaite tout de suite. Chose rare dans cette baie séparée du large par deux larges bandes de terre, des vagues, petites mais nerveuses, venaient frapper le quai bétonné de la plage de l’hôtel, éclaboussant largement les chaises longues installées là. Dans ces conditions, impossible de laisser 40 enfants de 10 à 14 ans se jeter à l'eau. Il fallut donc attendre, encore, que le vent baisse et que l'eau s'apaise. Quarante-trois enfants au bord de l'eau, prêts à bondir. Quarante-trois voitures sur la grille de départ ; quarante-trois fauves affamés sentant le repas arriver...

Heureusement, le vent tomba bien vite, au grand soulagement de l'équipe d'encadrement qui commençait à s'inquiéter : "Qu'allons-nous pouvoir leur faire faire pour qu'ils oublient ce rendez-vous raté ?" On descendit dans l'eau doucement, peu à peu, prudemment. Les éléments continuèrent de se calmer, si bien qu'en un rien de temps tout le monde était dans l'eau, s'éclaboussant, se jetant, poussant de grands cris. Cette attente interminable prenait fin, enfin.

On s'arrose joyeusement, enfants comme adultes.

On ne sortit de l'eau que pour aller dîner. Et on ne sortit de table que pour aller dormir, enfin, l'excitation retombée, l'attente satisfaite.

La glace est brisée, le séjour peut commencer

 

Le lendemain, après une baignade matinale, ce fut le moment d'inaugurer les olympiades, qui courront tout le long du séjour. Chaque début d'après-midi, à l'heure où le soleil frappe trop fort sur les plages, les enfants se retrouveront à l'ombre d'un bosquet, sous la direction de "Professor" Dejan, professeur de gymnastique, assisté de Boban, professeur d'arts plastiques, pour une épreuve sportive en équipe. Ces équipes mêlent des enfants de différents âges et venant d'enclaves différentes, afin que les liens se créent au-delà des affinités naturelles et des groupes déjà constitués. Ce dimanche 4 août, c'est à une course de relais que s'affrontèrent les enfants, chaque équipe rencontrant toutes les autres et les scores étant notés dûment. L'équipe la plus méritante sera spécialement récompensée lors de la dernière soirée du séjour.

Voilà deux jours déjà que nous sommes ici tous ensembles. La glace est brisée, le groupe est sympathique et soudé. Cela ne fait aucun doute : la semaine va être bonne !

Photo de groupe autour d'Arnaud, dans la baie de Tivat.

Merci à vous tous qui nous soutenez, merci aux donateurs qui ont rendu ce huitième séjour possible !

Nous postons des photos chaque jour sur nos réseaux sociaux, accessibles même sans compte : n'hésitez pas à y passer régulièrement pour suivre nos aventures presque en direct !

Facebook : cliquez ici

Instagram : cliquez ici