Classe de mer 2019 : portraits d'enfants

Classe de mer 2019 : portraits d'enfants
Jeudi 22/08/2019 :: Communiqué

De retour dans nos foyers, nous vous proposons les témoignages de trois enfants qui ont participé cette année à la classe de mer organisée chaque année depuis 8 ans par Solidarité Kosovo.

Je m'appelle Luka,

j'ai 9 ans, j'habite à Dobrotin. J'ai une petite sœur qui a 7 ans et qui s'appelle Marta.

Je suis très content d'être venu au bord de la mer cette année, j'y étais déjà allé une fois avec ma famille mais c'était il y a très longtemps, je ne m'en souviens plus très bien. Le premier jour, j'ai appris à nager avec Stefan, il m'a bien aidé : même si je n'avais pas peur, il m'a encouragé à persévérer pour pouvoir nager seul rapidement. Maintenant, je me débrouille assez bien pour nager tout seul.

Je me suis fait trois nouveux amis

 

J'aime bien les deux plages où nous allons : celle du soir est mieux pour apprendre à nager et pour sauter dans l'eau, celle du matin pour jouer sur la plage ou pour regarder sous l'eau avec des lunettes. Comme ça ça change un peu, c'est bien.

Je trouve qu'on est très bien ici : les chambres sont belles et la nourriture est bonne. Elle est même meilleure qu'à la maison, mais c'est normal parce que maman n'est pas une cuisinière professionnelle.

Ici je me suis fait trois nouveaux amis : Pavle, Uros et Ognjen. On s'amuse bien ensemble, je suis content de les connaître. J'espère que je pourrai les revoir parfois au Kosovo-Métochie.

---

Je m'appelle Mattej,

j'ai 9 ans, j'habite à Dobrotin. J'ai une grande sœur qui s'appelle Jefimia et qui a 10 ans.

C'est la première fois que je viens au bord de la mer. Ici tout est très différent de mon village : il y a beaucoup de monde, je n'ai pas l'habitude.

Je ne sais pas encore bien nager mais je suis en train d'apprendre et je fais des progrès. Mais ça ne m'empêche pas de m'amuser dans l'eau avec les amis que je connaissais avant et ceux que je me suis faits ici. Je préfère la plage du matin parce que l'eau est moins profonde et on peut plus faire de choses.

J'étais content d'être avec mes amis dans un endroit aussi beau

 

J'aime beaucoup les jeux qu'on faits l'après-midi, je suis dans une équipe qui est très forte. On s'entend bien et on a vraiment envie de gagner.

J'ai aussi beaucoup aimé la visite du mausolée sur la montagne, même si j'ai été très malade dans le bus pour y aller. Mais quand on est arrivés là-haut et qu'on est descendus du bus, j'ai trouvé ça très beau et ça m'a fait du bien. Même si Professor Dejan a dû me porter un peu dans les escaliers parce qu'ils étaient très longs et je n'avais plus beaucoup de force. Là-haut c'était très beau et ça m'a aidé à aller mieux. J'étais content d'être avec mes amis dans un endroit aussi beau et de pouvoir embrasser la tombe d'un grand saint. Et en plus, je n'ai pas été malade dans le bus pour aller au parc d'aventures puis revenir à Tivat. C'était vraiment une belle journée, je pense que je vais m'en souvenir pendant longtemps.

---

Je m'appelle Biljana

(deuxième en partant de la droite), j'ai 13 ans, j'habite à Partes.

C'est la première fois que je viens au bord de la mer. On m'en avait déjà parlé et j'avais déjà vu des photos mais c'est encore plus beau en vrai. Le premier jour, j'avais un peu peur d'aller dans l'eau mais Professor Dejan et d'autres enfants m'ont encouragée alors j'ai osé y aller. On a appris à nager ensemble avec d'autres enfants et je me suis vite sentie plus détendue. Aujourd'hui je ne nage pas encore très bien mais je n'ai plus du tout peur.

Chez nous, les gens qui passent en voiture nous insultent

 

Je suis devenue amie avec Teodora et Anastasia, qui viennent d'autres villages. Ça fait du bien de rencontrer d'autres filles que celles de Partes, de discuter avec elles. Après les vacances, nous continuerons à discuter sur Internet, à nous raconter ce qu'on fait, à nous encourager aussi quand on en aura besoin.

Ici tout est très différent de mon village. Ce que je trouve le mieux, c'est que les gens qu'on ne connaît pas, ici, sont gentils avec nous. Ils nous demandent qui ont est, d'où on vient, ce qu'on fait ici. Alors que chez nous, à Partes, quand on voit des gens qu'on ne connaît pas, en général c'est des gens qui passent en voiture et nous insultent par leurs fenêtres. Ça fait du bien de voir des gens gentils et de savoir qu'il y a des endroits où on peut marcher tranquillement dans la rue sans avoir peur.