Interdiction de territoire : un an après, notre détermination est intacte !

Interdiction de territoire : un an après, notre détermination est intacte !
Jeudi 19/09/2019 :: Communiqué

Il y a un an presque jour pour jour, la nouvelle tombait, brutale : Arnaud Gouillon, Président de Solidarité Kosovo, était interdit de séjour au Kosovo.

Vous le savez, ça a été un choc pour nous tous. Pour lui, d’abord, évidemment, arrêté comme un criminel à la frontière, détenu pendant plusieurs heures, soumis à la pression d’un interrogatoire pendant lequel des menaces contre sa famille ont été proférées. C’est une expérience dont on ne sort évidemment pas indemne.

Un choc aussi pour les membres de l’équipe, qui ont appris en direct son arrestation et ont dû gérer la crise sans savoir comment les choses allaient tourner, puis qui ont appris qu’Arnaud, jusqu’à nouvel ordre, ne pourrait plus retourner sur cette terre pour laquelle il a tant donné.

Un choc aussi, nous n’en doutons pas, pour vous tous qui nous soutenez.

Ce choc, vous nous avez aidé à l’encaisser de belle manière : en nous témoignant largement votre soutien, vous nous avez permis d’envisager l’avenir avec espérance et de nous remettre au travail pour, le plus rapidement possible, trouver des moyens de continuer à aller aider nos amis Serbes des enclaves du Kosovo, sans pouvoir compter sur la présence régulière d'Arnaud sur le terrain. 

Notre volonté en sort renforcée !

 

Aujourd’hui, un an après, nous pouvons l’affirmer sans hésitation : nous y sommes parvenus. Ça n’a pas été facile, nous avons dû travailler beaucoup plus dur encore qu’avant, mais nous l’avons fait. Cette année, depuis l’interdiction d’Arnaud, nous avons investi plus de 400 000 euros dans les enclaves serbes du Kosovo. C’est un résultat qui nous conforte encore dans notre désir de continuer à aider nos amis des enclaves malgré les difficultés, malgré les menaces, malgré le travail supplémentaire que cela implique. Ils ont voulu briser notre élan et couper le lien qui nous unissait aux Serbes du Kosovo, ils ont échoué.

Par cette décision inique et injuste, qui fait ressentir plus intimement encore ce que nos amis des enclaves vivent au quotidien depuis 20 ans, ils n'ont au contraire fait que renforcer notre détermination !

L’un des acteurs-clé de ce succès est le Père Serdjan, responsable du bureau humanitaire de Solidarité Kosovo à Gracanica. Depuis 2013, il travaille en lien étroit avec Arnaud, préparant ses déplacements, les accompagnant, travaillant les dossiers avec lui. Ces années de travail en commun ont fait naître une profonde confiance entre les deux hommes, qui a permis de franchir ce cap difficile.

Aujourd’hui, le Père Serdjan est les yeux et les mains de l’association au Kosovo.

Depuis quelques jours, il parcourt les enclaves du Kosovo pour visiter les écoles que les enfants Serbes ont retrouvées après les vacances d’été. Cette longue tournée lui permettra de constater lesquelles ont le plus urgemment besoin de travaux de rénovation.

Une trentaine d'écoles rénovées en 8 ans

 

En effet, un grand nombre d’écoles des enclaves chrétiennes sont aujourd’hui dans un état déplorable : depuis la guerre en 1999, la plupart sont laissées à l’abandon par les autorités de Pristina. Depuis maintenant plus de 20 ans, elles pourrissent sur pied, rendant les conditions de travail des élèves qui les fréquentent de plus en plus difficiles. Un toit qui laisse passer l’eau, des fenêtres à travers lesquelles le vent glisse en sifflant, un mauvais poêle crachant plus de fumée que d’air chaud… le tableau est souvent affligeant. Et les enfants travaillent l’hiver avec des moufles, l’été en étouffant de chaleur.

Nous sommes convaincus que l’instruction qu’ils reçoivent est fondamentale pour ces enfants à l’avenir si compliqué. C’est pourquoi depuis maintenant huit ans nous rénovons chaque année plusieurs écoles des enclaves serbes pour offrir à leurs élèves des conditions de travail leur permettant de grandir en sagesse et de devenir des jeunes hommes et des jeunes femmes libres.

L'année dernière, nous avions pu affecter 100 000 euros à ces travaux de rénovation. Nous espérons pouvoir en faire autant cette année.

Pour cela, nous avons besoin de votre soutien : pour participer à redonner aux enfants des enclaves chrétiennes les moyens de s'instruire dans de bonnes conditions, vous pouvez nous faire un don en cliquant ici.

Merci pour votre générosité !